Le sport et une alimentation saine peuvent réduire le risque de cancer du côlon

La Fondation Felix Burda place le mois de mars comme un mois de vie saine. Il a été prouvé que la prévention active réduit le risque de cancer de l’intestin. Une personne sur trois sera désormais confrontée au diagnostic d’un cancer au cours de sa vie. Toutefois, le risque de développement de la maladie peut être considérablement réduit par une alimentation saine et un exercice régulier. Cela est particulièrement vrai pour le cancer colorectal. L’activité physique et le sport sont d’une grande importance pour la prévention primaire des tumeurs.

Le sport minimise le risque de cancer du côlon

En particulier, le risque de cancer du côlon diminue d’environ un cinquième avec une activité physique régulière, comme le montre une méta-analyse d’un total de 19 études de cohorte publiée dans une revue américaine. Selon une autre étude, le risque de développement de la maladie diminue jusqu’à 50 % pour une personne qui fait régulièrement de l’exercice. Une méta-analyse menée par l’université du sport de Cologne l’a également prouvé. Une des causes possibles de cet effet est la réduction des substances potentiellement cancérigènes dans l’intestin.

L’exercice régulier influence également le métabolisme des glucides et des graisses ainsi que la concentration de diverses hormones et substances messagères qui sont associées à la dégénérescence des cellules. En même temps, l’activité physique renforce le système immunitaire et contribue au bien-être mental. De plus, l’augmentation de la consommation d’énergie pendant l’activité physique contribue à réduire le surpoids.

Le rôle de l’obésité

La surcharge pondérale, en particulier avec des dépôts de graisse dans la région abdominale, est considérée comme un facteur de risque de cancer du côlon. Environ 11 % de tous les cas de cancer colorectal sont attribués à cette maladie. Des scientifiques ont pu prouver une corrélation entre le tour de taille, de hanches et le risque de cancer colorectal. Tout comme l’indice de masse corporelle (IMC), une valeur accrue de ce rapport taille-hanche est également un signe de surpoids, en particulier pour les dépôts de graisse sur l’abdomen. Un rapport taille-hanche supérieure à zéro signifie que le périmètre abdominal dépasse le périmètre de la hanche. Chez les hommes comme chez les femmes, le risque de cancer du côlon augmente de 50 % de la plus petite à la plus grande des RSM. Un apport calorique excessif par l’alimentation a donc un effet négatif indirect sur le risque de cancer des intestins par l’obésité.

Les habitudes alimentaires sous la loupe

L’étude EPIC paneuropéenne, qui a réuni près de 500 000 participants de dix pays différents, a également montré que certaines habitudes alimentaires ont un effet direct sur le risque de cancer colorectal. Une consommation élevée de produits carnés transformés (par exemple, les saucisses) signifie un risque accru de près de 50 % de cancer colorectal. Pour la viande rouge non transformée, c’est-à-dire la viande de bœuf, de porc, de mouton ou de gibier, cet effet est un peu plus faible, car la consommation de jusqu’à 70 grammes de viande rouge par semaine ne semble pas encore avoir d’influence sur le risque de cancer des intestins. Cependant, si la consommation augmente de 100 grammes par jour, le risque de cancer de l’intestin augmente d’environ 17 %.

La viande de volaille ou le poisson n’ont pas d’influence négative sur le risque de cancer du côlon. Selon les résultats de l’étude EPIC, la consommation fréquente de poisson peut même réduire le risque de maladie. Le fait de savoir quels ingrédients spécifiques de la viande ont un effet néfaste, est toujours controversé dans la communauté scientifique.

Un élément déclencheur important peut être la méthode de préparation, mais aussi la teneur relativement élevée en fer, qui, en combinaison avec les composés nitrés de la viande, pourrait augmenter le taux de division cellulaire dans la couche cellulaire supérieure de l’intestin tout en favorisant le développement de cellules dégénérées. Le poisson, en revanche, protège contre le cancer, probablement en raison de sa teneur élevée en acides gras oméga-3 polyinsaturés à longue chaîne.

Les fruits et légumes de notre alimentation nous fournissent des ingrédients importants qui ont également des effets préventifs sur le cancer. Outre les vitamines et les minéraux, il s’agit de substances végétales secondaires telles que les polyphénols ou les caroténoïdes, qui piègent les radicaux d’oxygène dans l’organisme, suppriment les processus inflammatoires et protègent ainsi contre les dommages cellulaires. Selon des études antérieures, les flavonoïdes, qui sont contenus dans les pommes, entre autres, aident les cellules intestinales à se décomposer et à se défendre contre les substances toxiques.

Des études d’observation ont montré que l’acide folique peut également réduire le risque de cancer du côlon. La prise d’une préparation multivitaminée contenant de l’acide folique pendant de nombreuses années a réduit le risque de développer la maladie. Cependant, aucune recommandation générale pour les compléments alimentaires ne peut en être tirée.